La Chorale des Abbesses -- devenu Le Chœur des Abbesses -- a été créée par Mathieu Sempéré dans une triple volonté enthousiaste de :

  • partager sa passion vocale avec des amateurs motivés de tous âges ;
  • les aider à progresser, voire à se dépasser, dans ce domaine ;
  • et favoriser la (re)découverte des trésors, révélés ou cachés de la musique classique auprès du plus grand nombre d’oreilles !

En dix ans, plus d’une centaine de chanteurs sont venus rejoindre ce chœur et participer à de nombreux projets musicaux. Le Chœur des Abbesses compte aujourd’hui une soixantaine de choristes impliqués et appliqués qui ont aussi en commun l’envie de partager et d’offrir leur talent à un public varié.

Les répétitions hebdomadaires privilégient autant l’apprentissage des œuvres par pupitre séparé que la mise au point d’ensemble. Elles sont systématiquement accompagnées d’une pianiste et chef de chant, Jeyran Ghiaee, et d’un chef de chœur : Mathieu Sempéré ou Jérôme Boudin-Clauzel.
Bien qu’amateur, chaque choriste est encouragé à préparer le travail commun en amont (à l’aide des outils proposés sur le site - en accès réservé : partitions, fichiers audios) et à suivre, s’il le peut, des cours individuels afin de parfaire sa propre technique de chant.

Depuis sa création, Le Chœur des Abbesses a présenté au public plus d’une vingtaine d’œuvres, principalement de musique sacrée et de chœurs d’opéras. Mais le chœur travaille également, souvent pour progresser techniquement, ou par pur plaisir, des airs de comédies musicales, des œuvres du Moyen Age ou bien encore des chants traditionnels. Une véritable variété de répertoire !

Le chœur se produit dans les églises, les temples mais aussi sur les places publiques ou les salles de concert. Il est parfois accompagné de jeunes musiciens, élèves du conservatoire, et parfois par d’autres chœurs ou, comme dans certains projets classiques ponctuels, par l’Orchestre de Chambre Nouvelle Europe dirigé par Nicolas Krauze, ou plus récemment par l’orchestre Les Miroirs sous la conduite de Jérôme Boudin-Clauzel.

Aller au haut